Les tests de conformité sont une composante structurante essentielle au pilotage de l’implantation d’un système, de mesures de réduction de risques, de déploiement, etc.

 

1. Stratégies de tests

 

Une stratégie de tests complète s’applique à toutes les étapes d’un projet :

  • à la conception - notamment si des aspects de compliance sont à prendre en compte

  • lors du déploiement, de la fabrication ou de la mise en œuvre – il s’agit alors de contrôle qualité

  • lors de la réception en fin de travaux (Site Acceptance Test ou SAT) – et si possible déjà en usine (Factory Acceptance Test ou FAT) – pour contrôler les performances, l’aptitude au service, la conformité des interfaces, etc.

  • durant la vie opérationnelle d’un système ; par exemple, les prestations de service pour la maintenance font l’objet de tests visant à valider que les clauses contractuelles sont effectivement respectées, dans le cas contraire à mettre en place les pénalités de paiement contractuelles (Service Level Agreement ou SLA)

  • dans le cas du remplacement d’un système opérationnel existant, des tests de non-régression sont nécessaires, en particulier vis-à-vis des systèmes et services tiers

 

Selon les cas, on se limite à certaines de ces étapes ; on considère qu’au minimum il faut procéder à des tests de réception en fin de travaux afin de valider la bien-facture de ce qui est livré et d’assurer que les exigences contractuelles sont respectées.

 

Il faut naturellement définir la stratégie de tests qui sera appliquée dès la phase initiale du projet afin de pouvoir la déployer à chacune des étapes nécessaires.

 

 

2. Périmètre de tests [retour "Gestion des risques"]

 

Le périmètre des tests est défini contractuellement. Il précise quelle spécification sera contrôlée lors de chaque étape de la durée de vie du système. Le périmètre des tests est normalement précisé par le cahier des charges, lors de l’appel d’offres.

 

Chaque exigence spécifiée peut être contrôlée par un ou plusieurs tests. Une matrice de traçabilité permet de faire le lien entre les exigences et les tests, et ce pour les différentes étapes de la durée de vie du système. Ainsi, on s’assure également qu’il n’y a pas d’exigence orpheline – c’est-à-dire sans suite, qui ne serait pas testée. On retrouve ici les notions de testabilité – aptitude générale à être testé – et de discernabilité – aptitude à identifier sans équivoque l’origine d’un défaut en se basant sur les résultats d’une batterie de tests.

 

L’importance de définir la stratégie des tests dès l’initialisation du projet prend tout son sens : la stratégie des tests peut influencer la conception d’un système, cette conception devant parfois intégrer la testabilité.

 

 

3. Méthodologie de test

 

La méthodologie de test intègre :

  • le référentiel de base à suivre pour le déroulement des tests, selon les cas : des normes ou standards, des règles édictées par des offices gouvernementaux, ou selon des accords contractuels

  • la définition des équipements de test et, selon le cas, des données d’entrée pour mener les tests

  • la définition des résultats attendus et des critères d’acceptation / de refus (pass/fail criteria)

 

Dès que l’on dépasse le stade de simples vérifications visuelles, des cahiers de test (test cases ou test scenario) précisent la méthodologie et servent de référentiel secondaire pour réaliser les contrôles.

 

 

4. Responsabilités

 

On entend par responsabilités la définition de « qui fait quoi » en matière d’exécution des contrôles et tests. Cela s’applique à la mise à disposition du matériel, à la tenue des tests proprement dits et à l’exploitation et à la sauvegarde des résultats de test (livrables).

 

 

5. Documentation

 

Toute la documentation définissant et traçant les tests effectués (livrables) sur un système lors des différentes étapes accompagne le système lui-même durant sa durée de vie.

 

[retour "Gestion des risques"]

ZOOM PILOTAGE DE L'IMPLANTATION : LES TESTS DE CONTRÔLE DE CONFORMITÉ   [retour "Gestion des risques"]